Accueil / Infos sur le vif / Double sens cyclables ou contresens
Double sens cyclables ou contresens

Double sens cyclables ou contresens

La municipalité a mis en place sur la Grande Rue un double sens cyclable permettant aux vélos de remonter cette artère importante.

Quelques éléments sur ce double sens cyclable appelé encore à ses débuts contre sens cyclable selon la littérature technique : « Ce dispositif a pour avantage d’éviter aux cyclistes de longs détours, parfois par des axes chargés. Il s’avère très sûr, car les cyclistes et les automobilistes se voient mutuellement en se croisant. On en trouve de nombreux exemples dans les villes nordiques, néerlandaises, allemandes, belges et suisses (souvent plus de 80 % des rues en sens interdit en sont dotées), et de plus en plus de villes françaises en réalisent (à Strasbourg, au moins 40 % des rues en sens interdit sont aménagées en double-sens cyclables, y compris hors des zones 30) ».

Depuis juillet 2008, les zones 30 doivent accepter ce type de procédé ou à défaut l’interdire par voie d’arrêté municipal si les conditions ne le permettent pas.

Contresens de la Grande Rue : on a testé pour vous !

pistes cyclables saint-julien-en-genevois | Un vrai cap pour Saint-Julien

Le contresens vélo de la Grande Rue pourrait apporter une  plus-value pour les vélos en leur permettant d’avoir un lien sud-nord plus rapide ; encore faut-il assurer sa sécurité face à l’étroitesse de la rue à certains endroits et  aux stationnements débordant sur la rue… !

Un essai m’a transformé en vélo kamikaze m’obligeant à poser pied à terre trois fois, à remercier deux voitures pour leur arrêt et à arriver perdu dans le carrefour  Fernand David-Grande Rue (et je n’ai pas croisé de camions). Ce dossier  répond à une philosophie pertinente mais oublie le contexte et la réalité du trafic.

Le centre d’étude de l’équipement  a d’ailleurs indiqué très naturellement que ce type d’équipement n’est pas conseillé dans les rues étroites pour des flux de circulation supérieurs à 5000 véhicules jour, ce qui est encore le cas pour cette voie mais surtout qui dépasse aux heures de pointe 600 véhicules-heure.

Quelques personnes m’ont envoyé leurs premières impressions, elles sont  plutôt interrogatives voire négatives et en voici quelques extraits :

« Ca y est, je l’ai fait! Ce matin j’ai OSÉ aller au marché à vélo en remontant la Grande rue à contre sens. Par chance je n’ai croisé que 3 véhicules. Pour le premier, j’ai mis pied à terre, pour le second, j’ai remis pied à terre (il s’agissait de 2 voitures standard, pas des mastodontes, mais il reste environ 5 cm entre le guidon du vélo et le rétro de la voiture), enfin, la 3ème était une grosse bagnole venant de la Poste alors que je me trouvais au niveau du dernier commerce avant l’accès au square du cheval Blanc: là, croisement totalement impossible. La voiture s’est arrêtée et j’ai dû mettre mon vélo sur le trottoir. Et dire qu’on a un spécialiste de la mobilité dans cette équipe! Heureusement… C’est une piste sans queue ni tête, puisqu’arrivé en haut de la Grand’rue, elle nous largue en plein carrefour et à contresens du trafic qui descend. »

« J’ai testé le vélo et c’est très dangereux. Une voiture noire m’a coincé sur le bord de la route, son rétro a touché mon guidon, ma pédale touchait le trottoir, donc j’étais bien à droite. Je me suis fait insulter par ce conducteur. J’ai continué car il est sorti de sa voiture et était très en colère. »

 

Un groupe de quelques vélos a fait l’essai dernièrement à une heure de pointe et  leur expérience, contée de manière humoristique mais proche d’une réalité vécue, me semble intéressante :

« Vendredi 04/09 dernier à 17H00, un commando casqué et lourdement armé ( de patience et de bonne humeur ) a investi sous les yeux des passants et des commerçants de la Grand Rue, le contresens cyclable mis en place depuis peu par la municipalité .Ce raid aussi bref qu’efficace (et qui heureusement n’a fait aucune victime) a permis de constater que:

– pour les automobilistes ce couloir est une aberration. Ils se sont montrés plutôt respectueux et empêtrés, ne sachant trop comment gérer la situation entre grimper sur le trottoir pour dégager de l’espace, s’arrêter complètement pour ne pas risquer l’accident ou continuer à avancer pour que le cycliste retrouve du bon sens et dégage ( à voir leur tête, selon un des membres du commando, plusieurs ont du penser qu’on sortait d’un asile, en tout cas ils n’avaient pas l’air de comprendre ce qu’on fichait là……

– pour la police municipale:  » le contresens est parfaitement légal mais personne n’est obligé de le prendre « . Dont acte !

Et donc en conclusion: « attention parfois un contresens peut cacher un non-sens. »

Voilà comment une idée pertinente au départ peut se transformer en contresens.

Comment mettre en place les conditions pour permettre ce double sens ? : voici deux propositions concomitantes que nous proposons :

  • Des aménagements suffisamment explicites pour assurer la crédibilité et l’efficacité de la zone 30, tels qu’une reprise de la voirie effaçant les trottoirs sur l’ensemble de la voie ou partie de voie
  • Une baisse significative du nombre de véhicules

La municipalité fait le pari que les vélos s’imposeront aux voitures qui  choisiront alors la voie alternative par la gare. Je pense que les vélos n’utiliseront  pas ce double sens cyclable, au moins pendant les heures de pointe.

Ce projet est d’abord un projet global qui doit associer étude de circulation, aménagements de la Grande rue, stationnements de proximité. C’est un projet lié à la transformation du centre-ville, projet difficile qu’on ne peut pas aborder par petits gestes.

Il arrive quelquefois que les contresens peuvent être évités en faisant appel simplement au bon sens.

 

Un commentaire

  1. Bon surtout ne le répétez pas mais lors du dernier conseil municipal, une élue de la minorité de  » droite  » pose une question:  » qui parmi les élu(e)s de la majorité a pédalé dans le contre sens cyclable de la Grand-Rue ? » Et la………rien, nessuno, nada, ouallou, personne……Au bout du compte seul(e) s ont pédalé des élu(e)s des deux minorités. Cette situation m’interpelle car plusieurs hypothèses peuvent se faire jour:
    – la majorité MODEM n’a pas de vélos ( mais enfin sur 25….)
    – c’est « faites ce que je dis et faites ce que j’ai peur de faire ».
    On se perd en conjectures mais en attendant les commerçants se perdent en chiffre d’affaires.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Scroll To Top