Accueil / Tribune libre / Argent trop cher ! Opposons les contribuables aux usagers pour faire passer la pilule…
Argent trop cher ! Opposons les contribuables aux usagers pour faire passer la pilule…

Argent trop cher ! Opposons les contribuables aux usagers pour faire passer la pilule…

En politique, il y a trois contraintes majeures pour exercer un mandat : les lois, le budget, les besoins et le regard des citoyens. Après il y a les choix politiques qu’une majorité fait en fonction de ses valeurs et de son programme.

Depuis trois ans, la contrainte budgétaire est confondue avec le projet politique. Et faire des économies est une opportunité pour scanner dans tous les sens les citoyens, leur CSP, leur statut frontalier ou pas, etc. Un véritable élément de pouvoir où derrières les statistiques financières prévalent les statistiques sociales.

On nous parle de justice : les usagers doivent payer les services et pas les contribuables. Donc la justice pour le maire, c’est :

Tu utilises une ressource du service public, tu ne dois pas coûter au contribuable qui n’utilise pas les mêmes ressources que toi. Sachant que de toutes les manières l’usager a toujours payé.

Sauf que le principe même de l’impôt est redistributif ! Il permet de créer un service public de proximité répondant aux besoins de tous, quels qu’ils soient.

A ce compte là, je n’utilise pas les routes car je suis piéton et je ne veux pas que mes impôts aillent là-dedans !

A ce compte là, je ne vais pas dans les parcs de Saint-Julien, donc non je ne veux pas que mes impôts aillent là-dedans !

A ce compte là, je ne paye pas pour les enfants de la commune sur mes impôts parce que je n’ai pas d’enfants !

Je ne paye pas pour les activités des séniors, parce que je n’ai pas de grand-mère ou de grand-père ici !

Ah les sales chômeurs (même si j’ai 70% de risques de le devenir à un moment), je ne veux pas que mes impôts servent à la cantine de leurs enfants !

Ah les commerçants, je ne veux pas que mes impôts servent à rendre leur centre-ville plus attractif !

Ah les cultureux, je n’aime que le sport.

Ah les sportifs, je n’aime que la culture !

Et cette idée de la justice est viable et équitable ?

Non mais elle est très efficace pour diviser et au final faire comme on veut.

A ce compte-là, allons-y pour les clôtures et les barrières physiques entre les Saint-Juliennois !

Et puis continuons en attendant de financer les plaquettes d’auto satisfaction du maire, les bilans annuels en quadri, les films vidéo, etc.

Et puis continuons aussi à augmenter une dette qui coûtera une fortune à la collectivité : la dette sociale, la vôtre, la nôtre.

Image © Fotolia

Un commentaire

  1. Bravo !!
    Cet article demontre exactement la dérive populiste de certains maires candidats. Le rôle du politique n’est pas de répondre sans cesse aux besoins d’une société de plus en plus individualiste, mais de constamment penser collectif.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Scroll To Top