Accueil / Tribune libre / Aux habitants de saint-julien, aux bénévoles de notre ville !

Aux habitants de saint-julien, aux bénévoles de notre ville !

J’ai décidé de prendre la plume pour signifier publiquement toute mon inquiétude et faire mon devoir d’alerte suite au climat délétère et anxiogène qui pèse sur notre commune depuis quelques mois.

Saint-Julien-en-Genevois est une ville qui est plutôt calme en temps normal. Une ville qui a toujours fonctionné sur le mode de la concorde publique avec la volonté de donner toute sa place à chacun d’entre nous, quels que soient nos valeurs, nos opinions citoyennes ou politiques, nos croyances, nos revenus ou encore nos responsabilités personnelles, professionnelles ou autre.

Saint-Julien a su devenir une ville dynamique et on le doit largement à plus de 80 associations et clubs sportifs qui la composent. Une ville qui peut s’enorgueillir du travail exceptionnel et quotidien réalisé par ses bénévoles. Nos bénévoles méritent une standing ovation pour tout ce qu’ils ont toujours fait dans le respect de la liberté d’association et dans le respect de la diversité de chacun.

Aujourd’hui, c’est à mes yeux ce modèle gravé dans le marbre de notre constitution, dans le marbre des valeurs de notre nation qui est malmené, manipulé et en passe d’être érodé, ici, chez nous !

Il est temps de raison reprendre !

Car ce que je considère comme des dérapages d’Antoine Vielliard sur son blog, sur ses lettres envoyées aux élus, sur les attaques publiques concernant la composition des CA de certaines associations, sont en train de faire un mal infini à notre commune et à l’élan des gens qui ont toujours su donné le maximum d’eux-mêmes pour faire vivre leur projet associatif.

Association de parent d’élève, association pour le patrimoine de Saint-Julien, association MJC, association « Allons au cinéma », sont autant d’organisations, qui à un moment ont voulu débattre ou réagir sur certaines décisions prises par le maire, dans le respect des droits d’expression, de pétition ou de soutien collectif et qui ont du subir les foudres du premier édile de cette ville !

Comme si débattre était une insanité et une attaque personnelle contre un homme quand il s’agit tout simplement d’une vision différente sur certains dossiers de la commune. D’ailleurs j’invite le premier édile à étudier le modèle de la ville de Grenoble sur ce qu’est et ce que peut-être un modèle de démocratie participative tendant à être assumé.

Aujourd’hui, j’ai le sentiment que nous sommes en plein scénario de série B ! Pire, nous assistons à un match de football où celui qui devrait exercer son devoir d’arbitre en toute bienveillance et dans le respect des règles et du fairplay se comporte comme un attaquant fou furieux qui tacle tous les joueurs du terrain sans aucun discernement car il s’est inventé ses propres règles.

Il est temps de rappeler les règles immuables de notre démocratie !

Chaque habitant, chaque association a le droit d’expression et d’opinion, a le droit de ne pas être d’accord avec les choix ou les positions de la municipalité. Débattre est sain et nécessaire pour la bonne santé de notre démocratie.

Chaque bénévole, chaque habitant a le droit d’avoir des opinions politiques. Politis, c’est VIE DE LA CITE et cela dépasse largement l’appartenance à un parti ou pas.

Il revient au Maire de s’assurer que ces droits fondamentaux s’exercent sans pression aucune. Or, j’assiste à tout son contraire. Comment peut-on attaquer des bénévoles sur les soit-disant opinions politiques qu’on leur prête.

Non monsieur Antoine Vielliard, la MJC n’est pas un nid de socialistes, non monsieur, les bénévoles qui rejoignent le CA d’Allons au cinéma ne sont pas des manipulateurs ou des noyauteurs ! CE SONT DES GENS DE BONNE VOLONTE, ETYMOLOGIE DU MOT BENEVOLE.

La MJC est une ruche de personnes diverses qui agissent au nom des valeurs qui nourrissent leur projet tout comme les bénévoles du cinéma et qui sont motivés par l’amour qu’ils ont pour leur projet. Tout comme toutes les associations en France, les 1 millions d’associations.

Qui manipule ? Qui met de l’huile sur le feu avec des arguments qui tendent à l’irrationnel ? Qui dépasse les règles de bienséance en diffusant des idées erronées, en créant des clivages là où la paix régnait ? Qui fait de la provocation en faisant d’une affaire d’homme à homme (vous-même et monsieur Juteau) une vaste fumisterie politico politicienne ? Qui se précipite, voir se déplace expressément, dès que le public est présent, sur Monsieur Juteau alors que tout le reste du temps cette personne est ignorée ? Qui par son comportement crée de l’angoisse, du malaise et de la peur quand il faudrait au contraire apaiser, rassurer, encourager en ces temps plutôt difficiles ? J’ai bien peur que ce soit le maire de cette ville…

Et cela est très grave… Car il y a manifestement, par les propos tenus, par les attitudes, par les pressions indirectes ou directes faites, un glissement vers une manière de gérer le pouvoir qui fait de la chasse aux sorcières imaginaires une ligne de conduite de plus en plus marquée.

A toutes fins utiles, je rappelle donc que les tentatives si inconscientes soient-elles d’abus d’autorité, les réactions de type sectaire qui clouent au pilori quelque parti que ce soit, quelque militant ou sympathisant pour un mouvement ou un autre, sont incompatibles avec le mode de vie de ce pays.

En ce qui me concerne, je refuse clairement de me laisser enfermer dans les horreurs dites par le maire sur le Parti Socialiste, car là n’est pas l’essence du problème. L’essence et la gravité du problème est de faire croire qu’une association quelle qu’elle soit peut-être ennuyée, dénoncée publiquement sur le pedigree politique ou autre de ses bénévoles. C’est juste intolérable.

Enfin, je me permets de rappeler quelques points : il y a peu de formes de pouvoir qui ne soient pas transitoires. Parmi les formes les plus pérennes, on trouve le pouvoir de l’expertise, de la connaissance pointue et le pouvoir du cœur. Ce maire n’a ni l’un ni l’autre à mes yeux.

Le pouvoir de l’élu est certainement un des pouvoirs les plus fragiles, un pouvoir donné par les autres et qui peut être repris aussi vite. Le maire n’est que le locataire de la maison mairie et ses bailleurs de fond, ce sont les habitants de cette ville dont certains bénévoles si malmenés en ce moment.

Et pour clore, je vous invite à relire la charte d’éthique et de déontologie de l’Assemblée Nationale du Québec qui dit : la conduite du député est empreinte de bienveillance, de droiture, de convenance, de sagesse, d’honnêteté, de sincérité et de justice. Il est grand temps d’atterrir dans le monde réel et de l’appliquer à notre échelon local.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Scroll To Top