Accueil / Que font vos élus ? / Attaque, contre attaque et cascade de non réponses !

Attaque, contre attaque et cascade de non réponses !

Conseil municipal du 11 mars 2015

A priori, ce Conseil Municipal aurait dû être comme de nombreux autres Conseils depuis un an, purement orienté gestion courante, alignant au gré des mois des délibérations certes nécessaires à la gestion de la ville, mais sans vision intelligible du devenir de Saint-Julien. Mais ça a chauffé…et j’en ai pris plein mon grade.

Certes il y a eu des tentatives durant l’année écoulée :

  • la présentation d’un projet jeunesse magnifié dans les mots mais dont j’attends toujours la traduction équitable et réelle notamment dans les quartiers,
  • une application de la réforme des rythmes scolaires qui devait être bien mieux gérée selon la profession de foi de la municipalité que dans l’année précédente. La vérité c’est que les changements d’horaires obligent les parents à payer de facto le temps d’étude recalé de 15h45 à 16h30. La vérité c’est qu’il y a beaucoup de choses à dire sur les conditions d’accueil et de bien-être des enfants tant à la cantine que pendant les temps périscolaires,
  • un réaménagement de la Grande rue dont on connaît les aléas et les copies revues…

Pour les autres projets stratégiques comme l’entrée ouest, le quartier de la gare ou le tramway, les dossiers initiés depuis plusieurs années suivent leur cours de mise en œuvre.

Quelle surprise donc, quand le Maire annonce enfin, après un an de mandat qu’un Conseil extraordinaire dédié à la politique de la ville aura lieu le 10 juin.

Heureusement qu’il l’a dit, sinon j’aurai posé une question qui fâche de plus.

Soit dit en passant le projet de ville intervient deux mois après le vote du budget. Dans la logique des choses, il me semble que l’on travaille d’abord une vision politique, puis un projet politique que l’on affine à l’aune des contraintes posées par les moyens budgétaires, juridiques et humains, surtout quand on est au fait de ces questions ayant appartenu à la minorité jadis.

Après quelques autres annonces concernant les travaux courants, les animations « conviviales », j’ai décidé, avant l’ouverture du Conseil Municipal de rentrer dans le vif du sujet et de revenir sur quelques mots chers à la majorité en demandant clairement des comptes (ah c’est sûr j’ai pas souri et j’ai pas demandé s’il vous plait…) : le trio des trois vertus cardinales du Maire : TRANSPARENCE, RESPONSABILITE et CONVIVIALITE.

De la transparence qu’en est-il vraiment ?

J’ai dénoncé une application tout à fait particulière, sélective de la transparence, loin de la démarche publique marketing et bien huilée, distillée par pléthore de flyers sur les Comités de quartiers ou autres sujets, d’articles du Bulletin municipal et de discours du type « je vous écoute et je vous ai entendu » !

De la transparence sur le projet de la future école de Chabloux !

Depuis des mois, la majorité travaille à un dossier essentiel pour le devenir de la ville qui ne se limite pas à un projet d’école mais bien à un équipement public qui va fortement impacter l’aménagement de tout le quartier Chabloux, mais aussi l’équilibre urbain de la commune. Ce projet n’a jamais été débattu lors des Commissions urbanisme, scolaire ou travaux auxquels, nous, minorité sommes censés être associés.

Le comble, c’est que le coucou sort de la boîte de pandore lors de réunions avec le Comité de quartier de Chabloux. Deux scénarios sont alors évoqués : l’un qui verrait la création d’une école maternelle et le maintien de la nouvelle école, et l’autre qui viserait la destruction de l’actuelle école Buloz au profit de logements, dont des logements sociaux, et d’un grand groupe scolaire accueillant plus de 700 enfants (24 classes), du genre de la taille d’un collège.

Depuis plusieurs mois je demande des données sur ce dossier et on m’explique que c’est en cours d’étude, que l’on commence à y travailler, on BOTTE EN TOUCHE, on détourne l’affaire, on se tait, on se moque du monde ! Comment un tel projet peut être travaillé dans le secret sans débat encore initié au moins dans les Commissions ?

Ce projet ne peut pas et ne doit pas être le fruit d’un groupe en bonne entente qui travaille dans son coin car son impact sera tellement important qu’il suppose non seulement que TOUS les élus y aient accès mais que les associations, les parents d’élèves et les habitants y soient associés, car c’est de leur quartier dont il s’agit, de leurs enfants dont il s’agit !

De la transparence sur le hameau de Ternier !

Le quartier de Ternier est en train de se transformer à vitesse grand V. Qu’en est-il de l’aménagement et de la meilleure manière d’articuler le caractère encore résidentiel du hameau avec les nouvelles constructions ? Nous avons été alertés sur le déboisement d’un site pourtant classé en zone boisée où les coupes initiales de certains arbres marqués et malades ont été sacrément élargies. Michel De Smedt rappelle que le dossier n’a pas été vu en commission. On lui rétorque que si, Pierre Brunet confirme que non… Encore une fois un dossier passé à la trappe du débat !

De la responsabilité qu’en est-il vraiment ?

Responsabilité de la réalité de nos finances

La responsabilité des propos, de ce qui est dit et véhiculé, ce fut un grand moment d’allégeance à cette vertu pendant le premier Conseil Municipal de la nouvelle majorité en mars 2014 ! Alors j’ai demandé au Maire pourquoi des habitants nous disaient à nous la minorité que la ville était ruinée ? On nous a expliqué qu’il ne fallait pas écouter les rumeurs. Alors pourquoi cette fausse idée circule-t-elle ? Pourquoi inquiéter la population sans donner tous les tenants et les aboutissants ?

NON messieurs dames, la ville n’est pas ruinée. La ville dispose d’un budget de plus de 20 millions d’euros, oui les dotations de l’Etat ont fortement baissé et c’est une nouvelle donne. Oui, il faudra faire des économies, oui il faudra faire des choix et je vais citer les propos du Maire tenus ce soir « Je ne vais pas être alarmiste car on a les moyens de faire face ». Quels choix pour quelle politique ? On en saura plus le 10 juin !

Je rappelle tout de même qu’au dernier Conseil Municipal, on nous a présenté une prospective financière réalisée par Stratorial, sans qu’à aucun moment nous n’ayons pu analyser le document en amont (encore une mention transparence ratée).

Responsabilité du caractère payant ou non des TAP (Temps d’Activité Périscolaire)

Quand on écrit dans le Bulletin Municipal de septembre 2014 que la gratuité des temps d’activité périscolaire est acquise, il faut assumer ses promesses.

Aujourd’hui, la remise en question est à l’ordre du jour. Il paraît que l’on réfléchit encore dans la majorité… Pour le coup le débat a eu lieu en Commission et nous nous sommes opposés fermement au caractère payant de ces temps censés être ouverts au plus grand nombre sans distinctions de classes sociales, de moyens, dans la diversité et dans la mixité sociale.

Rendez-vous en avril lors du vote du budget ? Nous vous invitons nombreux à y participer.

Responsabilité de ce que l’on présente en délibération

Ce soir, nous devions voter les subventions aux associations. Nous savons et nous comprenons que les associations ont besoin de moyens pour vivre et nous les soutenons depuis toujours car nous sommes nous-mêmes des bénévoles.

La règle veut qu’un vote sur un acompte de la subvention soit possible avant le vote du budget pour que les associations disposent de fonds dont elles ont besoin.

Ce soir le dossier présenté a fait fort en mélange des genres : vote de la totalité des subventions culturelles et vie sociale, vote de sommes sans connaître la somme globale des subventions sportives, absence de la subvention de la MJC… Et tout ceci avant le vote du budget qui aura lieu le mois prochain. DONC SANS AUCUNE VISIBILITE DE LA SOMME GLOBALE ALLOUEE SUR UN DES POSTES IMPORTANTS DU BUDGET 2015.

Sur ces remarques faites de notre part, le Maire a rétorqué

« c’est comme cela, j’entends bien vos remarques, mais c’est comme cela ! » Fin de non recevoir.

Qu’en est-il de la convivialité réellement ?

Troisième vertu cardinale de la majorité : ce joli mot qui ressemble à un plat en sauce et qui s’en va et qui revient, qui est fait de tous petits riens, ça se chante, ça se danse, dans les rues désertes du centre-ville le dimanche…

J’ai réitéré mon intérêt pour le terme cohésion sociale car voyez-vous la convivialité d’une ville qui se limite à son centre est une rhétorique bien éloignée de ma considération pour une commune qui va du quartier Buloz au Puy Saint-Martin en passant par les hameaux.

Et quand je pense aux gosses de dix ans accompagnés d’un frère de 14-15 ans que j’ai vu l’autre soir en rentrant de chez moi, tous en train de fumer à 20h en face de l’école Buloz, je ne peux pas m’empêcher de me demander de qui on se moque avec cette histoire de convivialité segmentée, comme une belle histoire marketing !

Et que dire de l’incendie d’une caravane avec deux enfants jeunes scolarisés dans nos écoles publiques qui auraient pu mourir. Sur notre demande d’information, on nous explique que c’est bon, qu’ils se sont recasés dans les caravanes d’autres membres de la communauté. Et à la question, quelle est la suite, quelles sont les mesures d’accompagnement prises, l’adjointe au social nous rétorque « j’étais en vacances, mais de toutes les manières ils devaient être expulsés, cela aura simplement accéléré les choses ! »

Contre- attaque de la majorité

Il paraît que je ne suis pas digne de faire partie du Conseil Municipal

Messieurs Dames, ils n’ont pas aimé le ton de mes propos. C’était pas convivial, ça c’est sûr ! Oui j’ai fait un coup de gueule, bien sûr et oui j’ai dit les choses avec force et avec conviction ! Oui j’ai été dure ! Oui j’ai monté le ton !

Oui j’en ai marre qu’on nous prenne pour des truffes !

Des personnes ont dit que j’étais agressive, que l’ambiance du Conseil était mauvaise, que je n’avais pas de respect, que je n’étais pas digne d’être au Conseil Municipal !!!

Ah oui faut faire des courbettes et des sourires en plus quand ces messieurs dames de la majorité n’apprécient pas !

Mais de qui se moque-t-on ?

JE NE SUIS PAS LA POUR PLAIRE MAIS POUR NE RIEN LACHER SUR UNE VISION JUSTE, EQUITABLE, DIGNE DE NOTRE VILLE.

Pour information et si vous voulez comprendre ce qui se joue dans votre commune, je vous invite à lire un ouvrage agréable et très instructif :

Power, 60 clés pour prendre le pouvoir.

Et ne ratez pas le chapitre sur l’art de l’enfumage.

 

 

Un commentaire

  1. Je suis absolument outrée par ces manières de procéder qui sont pour le moins anti démocratiques, mais pas vraiment surprise car je n’ai jamais cru aux promesses de transparence et de concertation annoncées durant la campagne municipale et qui continuent d’ailleurs d’être écrites en gros caractères sur les tracts du candidat maire aux départementales…
    finalement, ce qui est dénoncé dans ce message ne fait que conforter ce que j’entends dire en ville depuis des mois et ce que je constate de mes propres yeux en me promenant dans la ville et ses hameaux.
    Je suis heureuse de voir que l’équipe de Cap se réveille! j’espère que les membres honnêtes de la majorité municipale (il doit bien y en avoir quelques uns) qui ont cru aux belles paroles de leur candidat vont se réveiller à leur tour et sortir de leur endoctrinement pour mettre leurs intentions en accord avec un projet de ville réfléchi et cohérent dans l’intérêt de tous.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Scroll To Top