Accueil / Que font vos élus ? / Conseil Municipal du 11 février 2015 – L’essentiel de nos positions sur les finances de la Ville
Conseil Municipal du 11 février 2015 – L’essentiel de nos positions sur les finances de la Ville

Conseil Municipal du 11 février 2015 – L’essentiel de nos positions sur les finances de la Ville

Une grande partie du Conseil Municipal a été consacrée à la présentation de deux dossiers  traités de manière indépendante mais qui se nourrissent l’un l’autre :  la prospective financière de la commune préparée par le bureau Stratorial et le débat d’orientation budgétaire.

Une prospective financière gardée au chaud jusqu’au jour du conseil

La prospective financière retrace à la fois l’évolution des finances sur le mandat passé et présente un scénario d’évolution qui s’appuie sur des hypothèses  arrêtées par le Maire. Cette prospective a été présentée en conseil municipal sans information préalable ni travail en commission. Nous le regrettons  voire nous le dénonçons.

Bref, cette prospective montre les difficultés de notre collectivité, comme l’ensemble des collectivités, à faire face à la baisse des dotations d’état et de l’augmentation  du fond de péréquation.(Nous reviendrons en détail sur ces éléments  dans un texte spécifique).Cette projection, que nous n’avons pas pu analyser donc, donne des tendances qui montrent que si la ville veut continuer à investir à hauteur du dernier mandat , elle doit faire des économies drastiques en fonctionnement.

Le scénario présenté est plutôt un test de résilience de nos finances face à la baisse des dotations mais qui semble ne prendre  en compte ni  l’augmentation physique de nos bases d’imposition ( liées aux bâtiments livrés en 2014) ni les excédents du budget 2014.

A noter qu’aucune donnée n’analyse l’évolution de la population sur Saint-Julien, ni l’augmentation des besoins en matière de services publics. Et aucun comparatif n’est présenté avec d’autres villes de même taille et de fonction similaire en matière de centralité.

Certes la prospective en question  permet de situer la hauteur des efforts à faire pour dégager des marges de manœuvre et donne les grandes tendances pour les années prochaines.

Elle conforte aussi notre minorité dans la nécessité de faire les bons choix dans le cadre non pas d’une logique exclusive de gestionnaire comme c’est le cas depuis un an, mais dans celui d’une vision politique du devenir de la commune. Une vision où la cohésion sociale doit, plus que jamais, être la ligne d’horizon.

Les orientations prises par la majorité : on rétrécit le champs de manoeuvre

Le débat d’orientation budgétaire a quant à lui donné les orientations de la majorité  en particulier sur les points suivants :

  • Pas d’augmentation des impôts, tout au moins pour 2015
  • Des économies à mettre en place comme
    • la participation plus importante des usagers aux services surtout pour les tranches les plus élevés
    • Une réflexion sur un recalibrage de l’offre de services publics. Décrypté cela veut dire : la commune va faire des choix sur les services qu’elle propose et ceux qu’elle ne propose pas ou ne proposera plus !
  • La vente du patrimoine considéré comme « sans fonction », ou plutôt car aucune ne lui a été trouvée
  • Un appel à l’endettement limité

Toutes ces choses, nous les analyserons à la fois :

  • au filtre de nos valeurs pour définir ce qui n’est pas négociable, ce qui est prioritaire et ce qui est possible
  • au filtre de notre inventivité, de nos capacités d’adaptation et d’invention et de notre sens des responsabilités

car nous savons aussi que devant ces enjeux qui engagent notre avenir, deux solutions sont possibles : « attendre » ou « anticiper pour ne pas subir ». Nous avons choisi…

Le procès-verbal complet de ce Conseil Municipal sera en ligne sur le site de la Mairie dans un peu moins d’un mois.

 

Un commentaire

  1. Quid des fonds frontaliers dans ces prévisions? on lit un peu partout qu’ils sont en progression constante
    et fortement en hausse même, voire qu’ils atteignent des sommets. Nos communes ne sont quand même pas les plus mal loties de France, comment font les autres? Pourquoi entendons nous sans cesse « pleurer misère » ?
    j’aimerais mieux comprendre…

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Scroll To Top